Européennes 2009 - La politique énergétique & environnementale

Publié le par labo67

 

Fiche n° 10: LA Politique energétique ET ENVIRONNEMENTALE

 

Une politique énergétique européenne respectueuse du dévelopement durable et indépendante

 

Le regain de tension entre la Russie et l’Ukraine fait de l’approvisionnement en énergie un sujet de préoccupations importantes pour les Européens. L’UE importe plus de 50% de son énergie, ce chiffre pourrait s’élever à 70%  en  2030.

 

Au-delà de ces soucis de ravitaillement, la politique énergétique constitue un point d’entrée pour la lutte contre le changement climatique. La limitation de l’émission de gaz à effet de serre et le développement des énergies renouvelables sont des objectifs auxquels l’Union européenne s’est engagée dans la cadre du  protocole de Kyoto.

 

Le travail de la Délégation des Socialistes Français au Parlement européen et les propositions du Manifesto sont fondés sur ces deux piliers et visent à l’émergence d’une politique énergétique européenne fondée sur le développement durable, la sécurité et l’indépendance énergétique.

 

Alors qu’en décembre 2009 aura lieu la conférence sur le climat à Copenhague sous l’égide de l’ONU, l’énergie sera a un enjeu important de la prochaine mandature du Parlement européen. Plus de 50 ans après le Charbon et l’acier, l’énergie pourrait être à nouveau un moteur pour l’intégration européenne.

 

 

Le Travail de la Délégation Socialiste française au Parlement européen

 

Les socialistes français se sont opposés, aux côtés des organisations syndicales, à l’imposition d’un modèle unique pour l’ensemble des entreprises énergétiques européennes.

 

Face au PPE (Parti populaire européen, droite européenne) qui refusait de sanctionner les Etats membres qui ne respecteraient pas les objectifs de développement des énergies renouvelables les socialistes se sont battus pour un paquet climat plus ambitieux, malgré la pression émanant d’une grande partie des Etats membres.

 

Conserver dans le paquet énergie les dispositions en matière de pauvreté énergétique et de solidarité européenne. Par exemple, les Etats membres devront garantir le service universel a des prix raisonnables et non discriminatoires pour tous les foyers et les petites entreprises.

 

Nos propositions

 

Introduire une directive européenne sur le climat qui définisse les objectifs et les plans d’action pour tous les secteurs encore non couvert par les textes existants et qui mette en cohérence toutes les actions pour que l’Union atteigne des objectifs globaux en matière d’émissions.

 

Elaborer une politique énergétique européenne commune fondée sur le développement durable sur la sécurité et l’indépendance énergétique, sur la diversification des sources d’énergies et sur la solidarité entre Etats européens en cas de crise.

 

Faire de l’Union européenne le leader des négociations de Copenhague pour obtenir un accord sur un objectif mondial de réduction de 30%  à l’horizon 2020 des émissions de gaz à effet de serre. Il revient aux pays les plus développés de faire les efforts le plus importants.  

 

Coordonner au niveau européen le contrôle des centrales nucléaires existantes et nouvelles. Recourir ou non à l’énergie nucléaire est un choix qui demeure de la compétence des Etats membres.

 

 

 

En résumé : Une politique énergétique européenne commune fondée sur le développement durable et l’indépendance pourrait constituer un nouveau moteur de l’intégration européenne plus de 50 ans après le Traité CECA.

L’agenda politique internationale et notamment la conférence de Copenhague fait que l’énergie sera une question essentielle de la prochaine mandature du Parlement européen. Les crises répétés entre la Russie et l’Ukraine nécessitent un renforcement de la solidarité européenne et sont aussi l’occasion de s’engager plus vivement vers le développement des énergies renouvelables pour que l’Europe ne soit plus dépendante de l’énergie fossile.

 


Publié dans Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article