Le développement territorial comme enjeux L’économie Alsacienne, quelle approche ?

Publié le par labo67

 

 

La notion de développement

 

Possède une dimension économique, culturelle, sociale, mais aussi spatiale. Elle interagit désormais avec la notion de développement durable.

Elle est présentement souvent perçue comme un processus de transformation devant accompagner la croissance dans une évolution à long terme.

Elle est intimement liée à la notion centrale de progrès issue du siècle des lumières.

 

La notion de local

 

est une représentation basée sur un territoire donné et dont l’échelle de pertinence ne fait pas consensus du fait de la multiplicité des entrées possibles

  • Découpage administratif (région, département, communauté de communes, contrat de pays, commune...)
  • L’appartenance identitaire
  • Le périmètre de l’action délimité par celui de ses acteurs
  • Les processus de changement liés à l’action elle même (l’action ne s’exerce pas sur un territoire , elle le crée)
  •  ...

 

La notion d’aménagement territorial

 

est intimement lié à la notion de développement qui a pour avantage d’ouvrir et de mettre en perspective les débats sur l’économie, mais aussi les dynamiques sociales, les phénomènes identitaires et culturels, les contraintes liées à l’histoire et à la géographie physique et humaine etc.

 

Développement territorial  et développement durable

 

sont des représentations qui s’enchevêtrent et dont on perçoit difficilement les modes opératoires au delà des finalités affichées. En de nombreux domaines, développement territorial et développement durable s’opposent quant aux logiques économiques et marchandes du développement (compétitivité, performance du système productif, attractivité...) les nécessité sociale du développement (progrès humain, extension des politiques sociales, solidarités actives...) et les impératifs de la pérennisation des ressources naturelles et de l’équilibre des biotopes

 

La notion de développement durable

 

Le développement durable est une démarche capable de subvenir aux besoins du présent tout en confortant la possibilité de répondre valablement aux besoins des générations futures.

 

L’idée de  territoire

 

tend à s’autonomiser des acceptions classique sous la triple poussée de la mondialisation des échanges , des politiques régionales au sein de l’Union Européenne, et de la décentralisation à la Française initiée au lendemain de la 2eme guerre mondiale.

 

Les ressorts du développement territorial

 

Une définition possible du développement territorial

 

Le développement territorial est une dynamique amenant à un processus de changement (territoire, sociale, économique...) au profit d’un mieux être global qui se traduit par des démarches, projets, hypothèses, etc, de valorisation au long cours des ressources locales.

 

Les fondements méthodologiques de la territorialisation de l’économie

 

La territorialisation de l’économie est l’objet de 2 grandes approches pour le moins contradictoires :

 

L’approche homogénéisante

 

Elle part du principe que l’économie n’échappe pas aux grandes lois universelles. Ce faisant, et dans le cadre des écoles qui s’y rapportent , elle s’efforce de construire des hypothèses sur la réalité économique pour tenter dans un second temps de les valider dans une démarche hypothético-déductive.

Faisant foi de l’homogénéité des territoires, ceux ci n’interviennent jamais que comme des supports répétant à l’identique un système économique sensé se développer en tous lieux avec la même logique.

3 grandes écoles se réclament de cette approche :

 

 

 

Les différences structurelles que l’on peut noter entre les régions et collectivités locales ne sont considérées, dans ce cas précis, que comme des survivances de l’histoire et donc non susceptibles de remettre en cause l’approche privilégiée.

 

L’inconvénient de ces écoles, ets qu’aucune d’entre elles n’est en situation d’expliciter la diversité des régions dans leur développement pour les unes et déclin pour les autres

 

L’approche particularisante

 

Voit dans la mondialisation une ouverture à de nouvelles opportunités, et notamment d’accroissement des différentiations entre collectivités locales, entreprises, etc.

L’hypothèse soutenue veut qu’en matière économique , les dynamiques locales soient suffisamment fortes pour contrecarrer et empêcher le système de basculer soit vers la crise, soit vers son équilibre au long cours. Dans cette visée, les territoires et collectivités locales ne sont plus de simples illustrations du système, mais deviennent par eux même des éléments structurants de l’économie en particulier et de la société en général.

 

La faiblesse de l’approche particularisante réside dans sa peu de capacité à généraliser ses principes.

 

 

Les questions en suspend

 

  • Quels sont les ressorts du développement ?
  • Quels sont les acteurs concernés ?
  • Quelles peuvent être la stratégie de ces acteurs ?
  • Quelle est la cohérence globale à conforter ?
  • Quelle peuvent être les échelles territoriales pertinentes ? pour quels domaines ?

 

L’économie Alsacienne à l’horizon 2020 – quelques pistes réflexion

 

  • Le rôle des villes dans les territoires (les bourgs centre)
  • Strasbourg et la région Alsace
  • Les déplacements et les modes de transport
  • La place de l’Alsace dans l’arc Rhénan et le Rhin supérieur
  • L’économie Alsacienne dans l’économie nationale (pôles d’excellence, freins, zones d’ombres...)
  • Le Massif Vosgien
  • Le logement et la construction
  • La consommation et ses modes
  • La gestion du sol et de l’agriculture
  • Les ressources naturelles (géothermie, bois, ...)
  • Les structures de l’espace Alsacien
  • Territoires et mobilités
  • Les énergies de substitution et l’environnement
  • Le tourisme
  •  ...

 

 

Instaurer une dynamique locale –  (la voie d’une appropriation partagée d’un projet)

 

Toute recherche action est amené à faire des présupposés méthodologiques au nom des valeurs qui la sous tend, mais aussi des objectifs inscrits à la clef.

L’approche particularisante,  par les conclusions qu’elle propose en matière d’économie locale, parait devoir être privilégiée dans la mesure ou proposant majoritairement des cadres d’apprentissage, elle permet d’enrichir l’un ou l’autre concept opérationnel à travers les questionnements du terrain. D’où l’intérêt de pouvoir susciter des dynamiques locales, les seules capables de démultiplier les regards sur un sujet donné.

 

La dynamique locale

 

est un investissement dans les coopérations de toutes sortes, le dialogue ininterrompu, et qui doit pouvoir s’appuyer sur des diagnostics partagés des besoins locaux. Elle doit être considérée comme une conception de la solidarité , en quelque sorte une initiative par le bas permettant des négociations paritaires, non pilotées par les pouvoirs publics.

 

La pédagogie du développement    

 

Doit pouvoir briser les résistances, prolonger les dialogues, recadrer à tous moments les enjeux.

Elle doit s’appuyer sur les compréhensions réciproques, l’écoute, l’adaptation, la volonté de communiquer et la transparence dans les actions ;

 

Les enjeux partagés

 

Le partenariat trouve sa justification dans la maximalisation des profits recherchés :

 

  L’institutionnalisation de la dynamique locale du fait de sa visibilité et des résultats qu’elle entraine

 

Par Francis HAMMER

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article