Voici le mois de mai...

Publié le par labo67


 

Où les fleurs volent au vent. »

 

Rendons à César ce qui est à César et à Sarkozy ce qui lui revient…. Le président est un libéral grand teint, dans ses engagements économiques et un conservateur qui s’assume, dans ses convictions morales.
  

 Les réformes des hôpitaux et des universités illustrent tristement cette unité d’action en alignant la gestion des services publics de la santé et de l’éducation sur celle des entreprises. Elles battent  en brèche la collégialité qui en garantit l’efficacité au plus proche des citoyens.

 

Que dire des procédures d’évaluation des services publics voulues par le gouvernement ? Elles se fondent sur la rentabilité immédiate, tant au détriment de la prise en compte de tous les usagers que des investissements à long terme dans la recherche, les établissements et leurs personnels.

 

Quant à la conception française de la laïcité, qui distingue clairement la sphère publique, la Res publica, et les convictions religieuses privées, elle est balayé dans un discours à Saint-Jean-de-Latran où le chef de l’État place le prêtre au dessus de l’instituteur « dans la transmission des valeurs ».

 

Le peuple souffre, les usines fermes, la croissance est en berne et pourtant… les listes (encore inachevées) présentées par l’UMP pour les élections européennes arriveraient en tête pour les élections européennes.

 

Incompréhensible ? Non. Nicolas Sarkozy a construit patiemment sa victoire aux élections présidentielles en se plaçant sur le terrain des idées et en convainquant les français que son programme s’imposait. La Gauche est restée tétanisée par ses divisions…

 

Irréversible ? Non. Les français ne sont pas « des veaux ». Leur attachement aux valeurs républicaines et à la solidarité reste indéfectible. La Gauche, le PSE et le PS sont tenus de leur redonner espoir en proposant un autre avenir pour la société française et européenne. Un avenir dont le capitalisme et sa loi du profit ne serait plus l’horizon obligé…

   

Le Manifeste du PSE est une première étape, la désignation d’un candidat de gauche pour la présidence de la commission européenne reste la suivante. Cette démarche politique prépare nos prochains succès électoraux.

 

Afin qu’au joli mois de mai, les fleurs volent au vent !!!

Publié dans Solidarité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article